Semaine des vocations, samedi 2 mai

Jésus appelle à servir – la vocation diaconale

Nous nous souvenons de l’ordination d’Alain le 17 Novembre dernier. Écoutons Claudine et Camille, avec lui, nous parler de la réception de cet appel si particulier du diaconat permanent :

A l’occasion de leur ordination du 17 Novembre, les quatre diacres ont écrit ce qui les motivaient : à redécouvrir sur ce lien

Et aussi, découvrons le témoignage Nicolas Legland :

Prions pour tous les diacres qui ont servi jusqu’aujourd’hui dans notre paroisse :

  • Richard Lepelletier
  • Alain Andrieux
  • Alain Oura

ÉVANGILE DE JESUS-CHRIST SELON SAINT JEAN (JN 13, 1.3-5.12‑17)

Avant la fête de la Pâque, sachant que l’heure était venue pour lui de passer de ce monde à son Père, Jésus, ayant aimé les siens qui étaient dans le monde, les aima jusqu’au bout. Au cours du repas, Jésus, sachant que le Père a tout remis entre ses mains, qu’il est sorti de Dieu et qu’il s’en va vers Dieu,se lève de table, dépose son vêtement, et prend un linge qu’il se noue à la ceinture ;puis il verse de l’eau dans un bassin. Alors il se mit à laver les pieds des disciples et à les essuyer avec le linge qu’il avait à la ceinture. […] Quand il leur eut lavé les pieds, il reprit son vêtement, se remit à table et leur dit : “Comprenez-vous ce que je viens de faire pour vous ? Vous m’appelez “Maître” et “Seigneur”, et vous avez raison, car vraiment je le suis.Si donc moi, le Seigneur et le Maître, je vous ai lavé les pieds, vous aussi, vous devez vous laver les pieds les uns aux autres.C’est un exemple que je vous ai donné afin que vous fassiez, vous aussi, comme j’ai fait pour vous. Amen, amen, je vous le dis : un serviteur n’est pas plus grand que son maître, ni un envoyé plus grand que celui qui l’envoie. Sachant cela, heureux êtes-vous, si vous le faites.

MEDITATION

Dans ce passage de l’Évangile de Jean,  Jésus sait qu’il va être trahi et abandonné de ses amis. Il sait qu’il va mourir. Mais avant de donner sa vie, il tient à poser un dernier acte, laver les pieds de ses disciples. Un acte réservé exclusivement aux esclaves. Signe de son abaissement total, pour signifier de quel amour, il a aimé ses disciples.  Et cet amour doit circuler, il doit se partager.  Alors il invite ses disciples en faire de même.  « Heureux êtes- vous, si vous le faites » dit Jésus à la fin de l’évangile. Ce message nous rejoint aujourd’hui.  Ainsi donc, si je veux être heureux, le chemin le plus sûr,  c’est la voie du service aux frères. D’ailleurs, ceux qui ont rendu ou qui rendent un service  en accueillant un jeune mineur non accompagné chez eux à la maison, ceux qui sont engagés dans une association, ou simplement  ceux qui font le choix de vivre leur quotidien en se mettant au service d’un frère , d’une sœur, de son époux, de son épouse, de ses enfants, de ses parents, des collègues de travail, peuvent témoigner de la joie immense qu’on en tire.

 Ils peuvent aussi témoigner qu’au quotidien, cela n’est pas facile. Et si on veut durer dans la mission, il faut s’appuyer sur celui qui appelle. C’est-à-dire Dieu lui-même. C’est pour cela qu’il ne faut pas séparer, la charité,  la mission et l’Eucharistie.  En comptant sur nos propres forces, on peut finir par s’épuiser et se décourager.

Jésus appelle à servir en le contemplant. L’homme ne peut réaliser pleinement sa vocation qu’en ayant le regard en permanence fixé sur Jésus. Voilà ce que nous dit Jésus dans cet évangile. C’est en venant tous les dimanches puiser des forces dans la communion, qu’elle soit spirituelle comme en ce moment, pendant ce temps de confinement, que Jésus refait nos forces. Jésus, ne nous enlève rien. Il nous donne tout et Il se donne à chaque messe.

Jésus nous appelle tous à une vocation particulière. Mais qui dit appelle, pour qu’il puisse se passer quelque chose, il faut qu’il y ait une oreille qui écoute et un cœur disposé à accueillir le message. A ces questions, pourquoi m’as-tu créé (e) Seigneur ? A quoi tu m’appelles? Quel est le chemin de bonheur prévu pour moi ?   Dieu nous répond, si on apprend à l’écouter dans notre vie de foi en général et  dans notre prière quotidienne en particulier.

 Il n’y a pas de vie inutile. Toute vie est précieuse et nécessaire à notre société. Toute vie est sacrée dès le commencement, parce qu’elle est fondée en Dieu.

INTENTIONS

1- Seigneur, nous te confions ton Eglise : qu’elle ne cesse pas d’appeler des baptisés pour être consacré à ton service et que leurs familles discernent avec eux cette vocation diaconale.

2- Seigneur, nous te confions notre monde en souffrance. Fais lever des hommes et des femmes de bonne volonté, qui servent la dignité des hommes et des femmes de notre temps, et non pas seulement leurs intérêts économiques.

3- Seigneur, nous te confions les familles que l’épidémie rend plus vulnérables. Nous te prions plus particulièrement pour celles qui ne trouvent pas de soutien. Rend-nous attentifs et créatifs pour les rejoindre fraternellement.

NOTRE PÈRE