Prières

Jésus priait un jour en un certain lieu.

Lorsqu’il eut achevé, un de ses disciples lui dit :  Seigneur, enseigne-nous à prier, comme Jean l’a enseigné à ses disciples.

Luc 11:1

La prière est un acte collectif ou individuel, par lequel une requête est adressée à Dieu.

 

  • Le mot Adoration vient du latin ad orare qui veut dire s’adresser à.
    L’adoration est une attitude de respect et d’amour du chrétien priant Dieu comme le Dieu Unique, Celui de qui tout dépend. L’adoration s’adresse exclusivement à Dieu. Elle est avant tout d’ordre spirituel (Jean 4:24).

    L’adoration est aussi appelée culte de lâtrie ; c’est la forme de culte la plus élevée, qui s’adresse directement au dieu trinitaire. Elle se distingue de la dulie, l’hyperdulie ou l’iconodulie, qui sont des manifestations de dévotion religieuse liées indirectement à Dieu.

    L’adoration eucharistique est une attitude de prière au cours du Saint-Sacrement. Le Corps du Christ réellement présent dans l’hostie consacrée est exposé et adoré.
    L’adoration peut se pratiquer à différents moments, et notamment lors de la prière eucharistique à chaque fois que la messe est célébrée.
    L’hostie consacrée est alors placée dans un ostensoir pour le Salut du Saint-Sacrement ou la procession de la Fête-Dieu.

    La messe elle-même est le plus grand acte d’adoration de l’Église. La partie la plus importante est la prière eucharistique, au cours de laquelle, avec les paroles de consécration, se produit la transsubstantiation.

    La génuflexion est l’un des signes de l’adoration eucharistique. L’encens symbolise la prière qui monte vers le ciel. Les cierges placés de part et d’autre de l’ostensoir manifestent que le Christ est la « lumière du monde ».

  • Le mot chapelet désigne à la fois une prière et l’objet de piété utilisé pour guider cette prière. De ses origines, le chapelet a gardé son caractère de prière vocale et répétitive, mais c’est aussi une prière méditative sur les grands moments de la vie de Jésus et de Marie.

    La prière du chapelet ou prière du Rosaire est à la fois une prière et une méditation Biblique. C’est une méthode de méditation dont le but est d’occuper entièrement l’esprit dans la contemplation divine, soit par la récitation des prières elles-mêmes, soit par la méditation des scènes évoquées par les passages bibliques proposés, soit… les deux à la fois.
    Le chapelet ou Rosaire ne fait appel qu’à des prières toutes simples, faciles à mémoriser, ce qui laisse l’esprit entièrement libre pour la méditation des scènes bibliques présentes à la mémoire. C’est la prière du pauvre, comme Marie. Les 150 « Je vous salue Marie » du rosaire (200 depuis que Jean-Paul II a ajouté la méditation des mystères lumineux) représentait les 150 psaumes. Ainsi les gens simples, qui ne pouvaient pas prier les offices comme le faisaient les moines, trouvaient leur consolation dans cette magnifique prière.
    La prière du chapelet peut être prié et médité sans aucun texte écrit ni support matériel, même par les personnes qui ne peuvent pas lire ! On peut donc le pratiquer n’importe où, en silence, par exemple en promenade, ou en se rendant à son lieu de travail. Le chapelet est également idéal pour prier en groupe, même avec des personnes de langues différentes car la séquence des prières fournit des points de repères suffisants ; en effet, le chapelet est universellement connu et pratiqué sous la même forme dans tous les pays du monde !

    Le Rosaire

    Le Rosaire (« couronne de roses »), que nous devons à Saint Dominique (v. 1170 – Bologne, 1221), est une dévotion où l’on médite les principales scènes de la vie de Jésus Christ (communément appelées Mystères du Rosaire) ; durant la méditation, pour chacun des Mystères, on dit la prière du « notre Père », puis dix fois la prière du « je vous salue Marie », puis on dit la doxologie « Gloire au Père ».

    Le rosaire se situe dans la meilleure et dans la plus pure tradition de la contemplation chrétienne (Jean-Paul II).

    Le chapelet

    Le chapelet (français du XIIe siècle : « chapelet » = « petit chapeau », « petite couronne ») consiste à prier un tiers du Rosaire, soit méditer seulement cinq des Mystères du Rosaire; le chapelet est donc composé de cinq fois la séquence : Notre Père, dix fois « je vous salue Marie » et une fois « Gloire au Père ». Ces cinq séquences sont communément appelée « dizaines  » du chapelet. Traditionnellement, le chapelet est précédé, en introduction, du signe de la Croix (« au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit »), de la proclamation du Symbole des Apôtres (« je crois en Dieu »), d’un « Notre Père », de trois « je vous salue Marie » et un « Gloire au Père », puis on commence la première dizaine.

  • Le mot bénédiction vient du mot du latin benedicere, qui veut dire dire du bien, bénir.
    Une bénédiction est une courte prière, souvent accompagnée d’un geste, ordinairement un signe de croix, par laquelle on invoque Dieu Père, Fils et Saint Esprit.

    La bénédiction se fait toujours au nom de Dieu.

    Au cours des célébrations telles que l’ordination, le baptême, le mariage ou encore la fin d’un office, la bénédiction, qui est à la fois parole et don, consiste à invoquer la bienveillance divine sur une personne ou une assemblée.

    On peut bénir une personne, un groupe, un lieu, un objet.

  • Ce groupe de prière propose un temps de louange et de méditation de la parole de Dieu. La prière est enrichie par un partage des intentions de prière universelle au regard du monde et de tous les évènements, des intentions des participants, des intentions pour la paroisse, des intentions pour la conversion et un réel  repenti, des intentions pour le rassemblement de tous les croyants du monde autour de Dieu.

    Le groupe se réunit tous les dimanches après-midi, sauf quand ont lieu des évènements paroissiaux ou diocésains. Il propose une veillée de prière à la fin de chaque mois, et assure l’animation d’une messe une fois par trimestre.

    Contact : Jean-Bruno TCHIKOMO – 06 17 23 85 12